La vie privée

Par Dryusdan le

La vie privée est une notion que beaucoup ignorent. Habitué à pouvoir en jouir, on oublie son importance. Mais la vie privée est quelque chose de fondamental qui est atteint sans même que nous nous en rendions compte. Toutes les données accumulées sur nous sont revendues ensuite, que cela soit à des entreprises désireuses de nous infliger leurs publicités, ou à des banques, des assurances…

Et alors ?

Aujourd’hui, ça nous arrange que notre ordinateur sache ce que nous écrivons, même s'il ne prédit jamais ce que nous allons écrire.
Aujourd’hui, ça nous arrange que notre ordinateur sache ce que nous faisons, même s'il ne met jamais à jour nos jeux pendant que nous ne jouons pas avec.
Aujourd’hui, ça nous arrange que notre ordinateur sache sur quels sites nous allons.
Aujourd’hui, ça nous arrange que notre courriel soit lu par notre « facteur », même si ce sont des données médicales.
Aujourd’hui, ça nous arrange qu'une entreprise nous indique quels sites visiter.
Aujourd’hui, ça nous arrange qu'une entreprise nous indique quel(s) sentiment(s) ressentir.
Aujourd’hui, ça nous arrange que les dires de nos amis soient triés et pas forcément affichés.
Aujourd’hui, nous aimons qu’une entreprise nous recommande fortement quoi acheter, même si l'utilité de cet achat est nul.
Aujourd’hui, nous aimons que notre téléphone sache combien de minutes nous avons marché.
Aujourd’hui, nous aimons que notre téléphone sache où nous sommes.
Aujourd’hui, nous aimons que notre téléphone sache où nous allons.
Aujourd’hui, nous apprécions que notre téléphone sache à quelle vitesse nous roulons, même s'il n'a jamais fait ralentir le véhicule.
Aujourd’hui, nous aimons que notre téléphone sache si nous faisons bien nos courses.
Aujourd’hui, nous aimons que notre téléphone sache quel poids nous faisons.
Aujourd’hui, nous apprécions que notre téléphone sache quelles musiques nous écoutons.
Aujourd’hui, nous apprécions que notre téléphone sache à quelle heure nous nous levons, même s’il ne déclenche jamais la cafetière.
Aujourd’hui, nous apprécions que notre téléphone sache combien de temps nous dormons, même s’il ne nous indique pas le soir qu’il serait bien d’aller dormir.
Aujourd’hui, nous apprécions que notre téléphone sache avec qui nous discutons, même s'il ne contacte pas la personne quand elle va mal.
Aujourd’hui, nous apprécions que notre téléphone sache qui nous appelons.
Aujourd’hui, nous apprécions que notre téléphone sache si nous sommes seuls ou avec d'autres personnes.

Et demain ?

Demain, est-ce que cela nous arrangera encore que nos ordinateurs sachent ce que nous faisons ?
Demain, est-ce que cela nous arrangera encore que nos courriels soient lus afin de vendre des informations sensibles à notre banque ?
Demain, est-ce que cela nous arrangera encore que ce que nous voulons n'est pas ce que les entreprises nous imposent de voir ?
Demain, est-ce que cela nous arrangera encore que notre téléphone connaisse notre vitesse sur la route afin de faire augmenter le prix de l'assurance ?
Demain, est-ce que nous apprécierons que notre téléphone envoie notre poids et notre temps de sport à nos assurances ?
Demain, est-ce que nous apprécierons que notre téléphone indique que nous sommes en soirée, avec des amis, et que certains d'entre eux sont très alcoolisés et que ce genre de soirées se déroule plusieurs fois par mois ?
Demain, est-ce que nous aimerons toujours que notre téléphone sache que nous dormons mal alors que cela nuit à notre travail ?
Demain, est-ce que nous apprécierons encore que nos téléphones sachent avec qui nous avons passé la nuit ?
Demain, est-ce que nous apprécierons encore que nos téléphones sachent que nous avons appelé le centre de dépistage ?

Mais la collecte de la vie privée ne s'arrête pas qu’aux publicités.

Est-ce que les Égyptiens imaginaient un seul instant que leurs lendemains allaient être celui qu'ils connaissent aujourd’hui ? Un lendemain où Microsoft vend à l'État les clés pour exécuter des dissidents politique.
Est-ce que les Turques imaginaient que leurs lendemains seraient une vie où la presse serait censurée, où l'accès à la connaissance seraient contrôlé voire interdite ?
Est-ce que mes Chinois imaginaient que leurs lendemains seraient sans liberté d’expression, car leurs moyens de communication tels que Skype permettent au gouvernement de traquer les dissidents politique.
Est-ce-que vous avez imaginé un seul instant que Facebook devenir un site où les employeurs cherchent si vous faites des soirées où vous avez mal fini ?

Imaginez votre lendemain, imaginez un lendemain où le gouvernement a toutes les clés pour imposer une pensée commune et conformiste. Dystopique me diriez-vous, et vous n'avez pas totalement tort. Mais pouvons-nous balayer d’un revers de la main ce lendemain ?

D’une manière générale, Internet est devenu ce qu’il n'aurait jamais du devenir. Au départ Internet était un lieu de partage et d'échange. Mais tout à un coût et ça, les internautes ne l’ont pas compris. Le seul moyen qu’a trouvé Internet pour se financer et ne pas faire comme le Minitel est d’afficher de la publicité. Ces publicités, indirectement nous les payons dans chaque produit que nous achetons, car en moyenne, 30 % du prix du produit est injecté directement dans la publicité. Finalement cela nous revient plus cher que de donner 1€ par mois à nos sites favoris. Mais nous avons laissé faire. Nous avons laissé des entreprises développer des algorithmes permettant de connaître nos goûts, mais aussi nos affinités, nos amis, notre personnalité, notre rythme de vie… Et ce n’est pas pour faire joli que ces entreprises ont développé ça. Pourquoi une entreprise privée multi-milliardaire vous offrirait des services gratuitement ? L’entreprise veut gagner de l'argent, et les acheteurs sont nombreux, ça peut-être un vendeur de matériel informatique, mais aussi votre assurance, votre banque… Votre employeur aussi, et même l’État.

Nous ne pouvons prédire le futur, alors pourquoi laisser des outils pouvant nous porter atteinte demain ? Nous pouvons nous en protéger, nous pouvons faire avancer les choses, nous pouvons faire en sorte que l'histoire ne se répète plus. Nous pouvons dessiner un avenir pour tous et non pour quelques personnes avides. Alors, pourquoi ne le faisons-nous pas ?

Photo by Scott Webb on Unsplash