Le potager sur un rebord de fenêtre - épisode 1

Jardin mai 17, 2020

Dans cette série exaltante vous ne verrez pas de crimes résolus, de fontaines de jouvences, d'ordinateurs réparés ni même de superbes étagères à légumes ou de bacs aromatiques intelligents... Juste des photos, deux trois conseils (si conseil il y a) et quelques légumes.

Ça fait un moment que je fais pousser des plantes (légales bien entendu). J'ai commencé par un cactus et une Aloe Vera qui ont survecu tous les deux à un appartement qui a littéralement moisi, et je dis bien survécu car les cactées (la famille des cactus, Aloe Vera etc.) ne sont pas fans d'eau ni d'humiditité en général.

Photo de mon Aloe Vera qui s'est remise très récemment d'un autre problème d'humidité

Plus tard, on m'a offert deux balconnières, un persil, un thym, une ciboulette et un basilic vu que je passais de plus en plus de temps à m'occuper de mes cactées et des nouveaux arrivants (un plan de piment qui lui n'a pas survécu à l'humidité).

Le soucis est qu'elles empêchaient mes volets de se fermer. Les deux balconnières ont donc servi à avoir des plantes grasses d'intérieur (achetées au rabais chez Ikea...). Autant vous dire qu'il en est ressorti vivant deux autres petits cactus et une grosse Aloe Vera. À côté de ça je me suis équipé de trois autres balconnières qui ont accueillies la ciboulette, le persil, le thym, du basilic, des Lewisia hybride, des Fushias Beacon Rosa, des Pois vivaces et des oeillets nains. Tout cela a attiré plein d'abeilles (❤️), plein de pollen (je suis allergique) et c'était joli à regarder... Jusqu'à la grosse canicule.
Et être au premier étage, au dessus d'un porche avec une route bitumée en dessous côté sud sud-ouest c'était fatale (40 degrès, je ne sais pas quelle était la chaleur réelle avec le bitume en dessous). Seuls la ciboulette et le thym ont survécu, le reste est mort.
Avec un mélange de déception suite à la canicule, accompagné de quelques problèmes, j'ai relativement délaissé mes plantes, les arosant de temps en temps.
Les cactées ont survécu, le thym et la ciboulette aussi.

Et puis... Le confinement

Ouais, lui il est tombé d'un coup. Imprévu, et je me suis mis à beaucoup cuisiner, local, végétarien et fait maison. Bref, qu'avec plein de bon légumes et produits.
Ce confinement fini, pourquoi ne pas reprendre la culture ? Mais avec des légumes ?
Mais quels légumes peut tenir dans des petites balconières ? Et vous avez été nombreux à me répondre (merci :) )

Ni une ni deux, me voilà, avec plein de plants et de semis à faire \o/.

Laitue à couper (Red Salad Bown), Radis de 18 jours, basilic, menthe glaciale, tomate cerise Pepe F1 (à ne pas confondre avec une personne agée en formule 1), Fraisier Charlottte. De quoi occuper mes balconnières, mais aussi une palanquée de petits pots que j'avais à côté (et un pot en plus pour bouger ma grande Aloe Vera).

Semons, plantons

Début de la culture, j'apprends que certaines plantes en aiment d'autres mais en détestent certaines. D'autres n'aiment pas l'azote (donc pas de marc de café pour elles).
J'organise mon "potager" en conséquence, la ciboulette se retrouve dans un pot limitant. De l'autre côté de cette même balconnière on retrouve le basilic et entre les deux un petit plant de tomate cerise. Car oui, le basilic renforce le goût de la tomate mais la protège également des parasites.

Basilic, tomate et son tuteur et ciboulette

À la droite de cette balconnière, on retrouvera la balconnière à salade. Cette balconnière a une forme spécifique lui permettant de se tenir à cheval sur la barrière. Parfait, ça fait une limite naturelle permettant d'alterner les semis de la salade. Espacés de 10-15cm sur une rangé, on a trois pieds de salade à couper en théorie. C'est à dire que je n'aurais pas de superbes laitues de grande surface mais plutôt des feuilles à couper. Dans 15 jours je sémerai sur l'autre partie histoire d'avoir une rotation de salades.

Balconnière à salade... Sans salade pour le moment

En dessous on trouve le thym qui a survécu à la canicule, des graines (je ne sais plus si c'est de la salade ou des radis, ça sera la surprise), et de la menthe. En fait j'ai voulu mettre la plante envahissante à côté du thym, car ce dernier est imperturbable et remettra la menthe à sa place.

Le thym et la menthe avec un légume mystère au milieu

De l'autre côté de la fenêtre on retrouve une autre balconnière chevaleresque. J'y ai planté 2 pieds de tomates et 3 fraisiers. Les fraisiers apprécient les tomates car elles éloignent les insectes et les maladies. Vu qu'il s'agit de plantes grimpantes, j'en ai profité pour semer des radis aux pieds. Superbe association, les radis sont ainsi protégés des parasites, récupèrent un peu d'azote que les fraisiers libèrent dans le sol. De plus, l'odeur du basilic, du thym et de la ciboulette, même loin feront fuir les nuisibles.

Plant de tomate cerise, fraisier et radis avec leurs tuteurs en bambou

Juste en dessous, une autre balconnière avec deux plants de fraises qui vont se servir des barrières pour monter. Et bien sur l'immanquable radis placé entre eux.

Deux fraisiers
Dont un avec une petite visiteuse ❤️ 

Ce n'est pas tout, j'ai profité de quelques pots à la maison pour planter un fraisier, de la laitue et remplanter un de mes cactus (le petit rond à droite).

Mes deux cactus, un fraisier et de la laitue (je crois)
Et la un autre cactus et deux pots avec de la salade et un à radis

Tuteurons le tout

Alors je n'ai pas mis de livres entre chaque feuille des plants de tomate et de fraisier mais j'ai bien mis un tuteur.
Il existe plein de tuteurs différents, en métal, en plastique... J'ai fait du «home made», je suis allé chercher des branches de bambou dehors (naturel donc) et une petite corde toute fine. J'aurais pu aussi utiliser les pailles en plastique d'un fastfood (que je ne regrète pas) qui en donnent toujours en surnombre, mais si c'est pour voir les pailles s'envoler... Et ça aurait été moins classe. Mais si vous n'en avez pas, n'hésitez pas à vous balader dans des espaces naturels, on trouve facilement des brindilles qui sont bonnes à ramasser.

L'engrais

J'allais bien aider mes petites plantes à pousser non ? Je suis allez à Springfield, j'ai récupéré un baril de la centrale nucléaire et j'ai déposé ça sur mes plantes.
Bon, en réalité j'ai récupéré le marc de mon café du matin, et je l'ai déposé au pieds des tomates qui aiment bien ça. Il y avait assez pour deux plants et j'aurais dû mélanger ça dans le terreau (bio le terreau hein, engrais algue verte) avant mais bon, je dépose ça, je mélange avec ma minipelle et zou. Le lendemain ça a été l'autre plant de tomate qui en aura profité. Ensuite ça sera les fraisiers qui en profiteront car cela rend la terre plus fertile, les renforce et éloigne les limaces (ça arrive même en hauteur ! ).
Par contre il ne faut surtout pas en mettre sur les salades. La laitue a horreur des terres acides avec de l'azote, hors le marc de café en fournit une bonne quantité, alors on évite.
À savoir aussi que la ciboulette est gourmande avec cette nouriture et en consomme beaucoup (bon, tous les jours ça serait trop). Ça la renforce, la rend plus parfumée tout en éloignant les nuisibles.
J'ai cependant rien trouvé pour le basilic, mais vu comment il a monté l'année dernière, je vais éviter de lui en donner. Par contre la menthe aura aussi le droit à du marc.

Arrosons

La partie la plus complexe pour que le tout survive, l'arrosage. Les salades aiment bien un peu d'humidité, les tomates aiment bien l'eau mais pas trop, la menthe aime bien l'humidité.
Oui, les plantes sont capricieuses.
Pour le radis, il faut arroser une à deux fois en été.
Les tomates cerises sont à arroser tous les 3-4 jours en fonction de la chaleur. Toutes les semaines seraient bien et il ne faut pas trop toucher les feuilles. Elles apprécient les terres humides mais pas les marécages, donc il ne faut pas les détremper. Elles développent leurs racines pour aller chercher l'eau en profondeur, donc si on arrose trop, elles ne font pas de racines et partent au moindre coup de vent ou vont mourir en cas de vacances.
Les fraisiers demandent aussi beaucoup d'eau, à arroser une fois par semaine au minimum. La terre ne doit pas sécher entre chaque arrosage mais trop d'eau fait pourrir les racines.
La laitue aussi demande sa part en eau. Entre 2 et 3 fois par semaine sans toucher les feuilles. Si les feuilles ramolissent il faut arroser.
Le thym, quant à lui, n'a pas besoin d'être arrosé ou d'avoir une terre constamment humide. L'eau de pluie lui est suffisant. Bon, on va pas se mentir, il est à côté d'une menthe et... Il pleut souvent par chez moi. Mais il a bien tenu une année à côté d'un persil et a survécu à la canicule. Il va bien me faire une seconde année.
La menthe quant à elle doit être arrosée tous les deux trois jours. La terre ne doit pas être séchée. Mes parents ont un thym et une menthe côte à côte, aucune des deux n'est morte.
Le radis, quant à lui doit être arrosé une à deux fois par semaine.
La ciboulette se contente de l'eau de pluie ou d'un sol frais. Il faut donc l'arroser très rarement.
Le basilic doit avoir un arrosage fréquent. 2-3 fois par semaine pour que tout aille bien. L'avantage d'être à côté de la tomate est que les deux plantes vont profiter du même arrosage, et le basilic avec ses racines ira récupérer de l'eau si sa terre n'est pas assez humide.

Est-ce de la permaculture ?

Selon Wikipedia, la permaculture est, je cite :

La permaculture est un concept systémique et global qui vise à créer des écosystèmes. L'inspiration vient de la nature et de son fonctionnement (qui se nomme aussi biomimétisme ou écomimétisme) et de la tradition. La permaculture prend en considération la biodiversité de chaque système

Du fait qu'une très grande majorité des plantes sont dans leur environnement (même si j'aurais dû mettre la ciboulette avec le thym) et que chacune d'elle en protège une autre, alors oui, il semblerait que ce soit bien de la permaculture, et de la permaculture bio ! Enfin à tendance car le café ne l'est pas et les gaz d'échappement des voitures aux alentours ne doivent pas aider le sol, même si l'azote et le gaz carbonique rejetés par ces dernières nourissent les plantes.


Bref, vous l'aurez compris, c'est le petit potager sur le rebord d'une fenêtre, les plantes peuvent aussi pousser en intérieur avec des pots (préférez les plants qui apprécient le plus la chaleur (donc pas la salade)).
On se voit dans une semaine ? Allez, deal, je vais voir pour un article la semaine pochaine :)

Photo by Slejven Djurakovic on Unsplash

Dryusdan

Bidouilleur le jour et administrateur système la nuit (ou l'inverse, c'est comme vous voulez), j'écris entre deux pannes ou amélioration des morceaux de ma passion que je vis à fond.

Super ! Vous vous êtes inscrit avec succès.
Super ! Effectuez le paiement pour obtenir l'accès complet.
Bon retour parmi nous ! Vous vous êtes connecté avec succès.
Parfait ! Votre compte est entièrement activé, vous avez désormais accès à tout le contenu.