L'informatique en entreprise : des mentalités à réformer

Par Dryusdan le

Je discutais récemment avec un ami des maux que subie l'informatique en entreprise.

Curieusement, la technologie "High Tech" a été poussée en entreprise avant même l’adoption de cette technologie par les employés chez eux. Ha bah oui, on me balance du "Windows c’est utilisé partout car les gens utilisent ça chez eux" alors que la vraie raison c’est que Windows bah… Ça coûte moins cher en entreprise. Je ne parle pas des terminaux finaux, mais côté serveur.

Pendant longtemps, mettre en place un serveur pour gérer les droits utilisateurs sous Linux c’était long et il fallait embaucher un spécialiste qui était plus rare (donc plus cher) qu’un mec qui savait cliquer partout, sans forcément avoir à respecter des standards (loin de moi l’idée de dire qu’un sysadmin Windows est nul hein ! ) (Je me permets d’ajouter qu’il y a maintenant d’autres raisons).
Et à ce moment là on touche un point sensible : La comptabilité en entreprise. La comptabilité en entreprise est pensée d’une manière assez identique quelque-soit la société. Quand une entreprise achète un produit, en trois ans il doit être amorti. Par exemple, dans une fonderie le moule propose un investissement de départ, et l’entreprise devra commencer à enregistrer des gains trois ans plus tard. Oui mais… Ce type de fonctionnement c’est bien pour une entreprise qui produit une matière première, mais un site web… Investir dans un serveur, un écran plus performant ou un Mac, ça rapporte quoi ? Du confort utilisateur ? Mais le serveur il coute 300€/mois et ne rapporte rien en tant que tel. Le Mac pareil. C’est ici que ça coince, un serveur ne rapporte rien, mais en cas de forte affluence il gère mieux la charge. Un employé qui a un poste de travail confortable (j’entends par là un OS qu’il apprécie, un PC performant) est plus productif. Mais rien de tout ça n’est quantifiable. Car si le serveur n’a aucune forte affluence, il coûte de l’argent, si l’employé est un glandeur, il ne rapporte rien non plus.

L’informatique par définition de rapporte pas d’argent directement, il permet d’aider l’humain à en apporter plus, plus rapidement.

Je crois que le domaine le plus touché est la sécurité informatique. C’est littéralement de l’argent jeté par les fenêtres. Ça coûte horriblement cher, ne rapporte rien et nécessite toujours de l’investissement. Qui n’a jamais entendu "On verra ça quand ça arrivera" ? La phrase typique du "ça coûte du temps, de l’argent et c’est jamais arrivé". C’est cool, c’est jamais arrivé sans sécurité "avancée" mais ça ne veut pas dire que c’est infaillible (j’ai déjà vu en 2017 des serveurs pas mis à jour depuis 2008 car ça n’était jamais arrivé)… Et il suffit d’une fois pour perdre énormément. Investir dans la sécurité informatique c’est ne pas penser à avoir un retour sur investissement dans 3 ans, mais d’éviter de trop perdre en cas d’attaque. Car oui, une attaque revient à la même chose qu’un cambriolage dans votre entreprise, à la différence que vous n’avez pas d’assurance, hormis vos propres fond.

Mais le monde de l’entreprise est touché par un autre mal : les décideurs / managers.
En soit ils sont utiles, ils font des décisions, tranchent quand ça doit l’être, tandis que leur équipe est là pour établir des faits, rentrer dans le technique, expliquer, documenter et accessoirement faire car ils ne sont pas censés tout savoir (et heureusement). Sauf que l’ego d’un être humain entre en jeu et on croise donc un "moi je sais, pas toi, donc ta gueule et fait". En plus d’être une mauvaise technique de management, ce n’est pas le rôle de la personne… Donc couplez ce genre de personne avec des comptables qui veulent du chiffre, on se retrouve avec deux personnes ignorantes aux dessus de nous, qui nous poussent à faire des choix débiles et incompréhensibles parce qu’on "comprend pas".

Heureusement il y a des exceptions, comme partout. Des managers qui écoutent leurs subordonnés, et qui connaîssent le boulot de ces derniers (grâce à une évolution de carrière généralement), et des comptables qui comprennent qu’en informatique, investir de l’argent sans demander de retour ça peut être utile.
J’ai eu un intervenant en cours, il nous a expliqué que son entreprise a embauché un graphiste et la société lui a filé un Windows. Le nouvel employé a demandé un mac avec la suite Adobe CS6 : 4 000€ de dépensé… Le retour sur investissement à été de 9 mois. « Comment ? » me direz vous ! C’est tout simple, le graphiste travaillait plus vite car il était sur des outils qu’il maîtrisait.

Quelques chiffres

Mon domaine c’est le web, je ne vais donc pas parler de logiciel type traitement de caisse. On avait des vieux serveurs et du code infâme mais il ne fallait pas y toucher car ça coûte trop cher de le modifier maintenant.
Un site web qui met 5 secondes à charger perd 20% de sa clientèle et le panier moyen diminue de 11%. Sur un panier moyen de 100€ avec 100 acheteurs par mois sur un site qui met 5 secondes à charger car serveur trop lent, code mal conçu etc... on perd 10 000€.
Maintenant on applique les chiffres, le site ne met plus qu’une seconde à charger, le panier moyen augmente donc à 111€ sur 120 acheteurs : 13 320€ en plus. Et je ne vous parle même pas du référencement qui grimpe. Donc oui, refaire un site tous les deux mois c’est inutile, mais le prévoir pour tous les 2-3 ans c’est une bonne chose.

En conclusion de ce billet assez brouillon :

  • Le confort de ses employés n’est pas un moyen de gagner de l’argent, mais un moyen d’augmenter la productivité de son entreprise.
  • La sécurité informatique ne rapporte jamais rien mais permet de s’assurer qu’une attaque ne fasse pas trop de dégâts.
  • Quand ça fonctionne, c’est possible de l’améliorer, même si ça coûte cher.
  • Un manager ne sait pas tout, demander n’est pas un signe de faiblesse, on passe moins pour un con qu’en disant des conneries.

Correction par Von
Couverture par Andreas Klassen